Aller au contenu

lisabaquerin.fr

Accueil » C’est quoi, être photographe de mariage ?

C’est quoi, être photographe de mariage ?

nora & julien (349)
clémence & eric (438)

En mariage, souvent pendant le cocktail, des petits curieux viennent m’interroger sur mon métier. Par chance, je n’ai encore jamais eu droit aux classiques “Mais photographe, c’est juste une passion, c’est pas votre vrai métier non ?”. Au contraire, les invités comme les mariés se rendent assez vite compte de l’énergie que l’on met, en tant que photographe, dans la réalisation de notre reportage.

Notre mission : prendre soin des souvenirs des autres. Et en mariage, nous prenons soin de ce qui s’avèrent être – en général – des souvenirs uniques dans une vie. Quand on met du cœur à l’ouvrage, loin d’être critiques ou malveillants, les gens se trouvent souvent impressionnés par notre capacité à être partout en même temps, à courir dans tous les sens tout en se faisant les plus discrets possibles, le tout avec un grand sourire aux lèvres.

maylis & hugo (183)

Comme j’aime à le dire à chaque fois “Immortaliser l’amour et le bonheur des gens, il y a pire comme métier”.

julie & sébastien (501)

Mais photographe de mariage, ce n’est pas seulement crapahuter dans tous les sens le jour J un appareil photo à la main et un verre de bière dans l’autre (je me devais de caser le verre de bière).

Photographe de mariage, c’est un métier aux multiples facettes, que je continue largement de découvrir, du haut de mes trois petites années d’expérience.

romane & bastien (75)

1. L’appréhension de la première rencontre avec les mariés

“Est-ce qu’ils vont répondre à mon premier mail ? Est-ce que je vais faire bonne impression ? Est-ce que le feeling sera présent ? Et si je perdais mes moyens ?”

Les premiers rendez-vous avec les mariés, c’est un peu un double entretien d’embauche : pour eux et pour moi. Et aujourd’hui encore, je suis (un peu) stressée à chaque nouvel échange.

Pourtant, ce premier échange est toujours l’occasion de briser la glace, que ce soit en visio ou en physique : chacun met un visage sur la personne qu’il a en face. C’est le moment où je vous demande qui vous êtes : que faites-vous dans la vie, quels sont vos rêves et vos aspirations, vos hobbies et passions, mais aussi, à propos votre couple, la rencontre, la demande en mariage, vos passions communes, etc. Et comme il n’y a pas de raison que vous, chers (futurs) mariés, soyez les seuls à travailler, je me présente à mon tour. Eh oui, c’est important de savoir à quel spécimen vous avez affaire ! En bonne timide, je bégaye souvent, je me mélange les pinceaux, ma présentation n’est jamais vraiment fluide, car comme vous, il me faut un petit temps pour me sentir à l’aise. Mais qu’importe : c’est toujours un plaisir de rencontrer de nouvelles personnes et de les écouter parler d’eux et de leur vie, timidement ou passionnément.

adrianna & guillaume (87)

C’est lors de ce premier rendez-vous que vont se jouer beaucoup de choses, dont la plus importante : est-ce que le feeling passe bien, voire très bien ? Au-delà des questions techniques et de budget, qui sont certes très importantes, la confiance mutuelle que l’on va projeter sur cette potentielle relation de travail est absolument fondamentale. Vous en conviendrez, personne n’a envie de travailler avec des gens qui leur semblent antipathiques ou avec qui ils ne se sentent ni spécialement mal, ni spécialement bien.

Le photographe est le seul prestataire avec qui vous allez être en contact continu avant, pendant et après le mariage : du premier échange au Jour J, en passant par la séance fiançailles, le rendu des photos retouchées et la création des albums, le travail du photographe ne se limite pas à la prise de vue. C’est ce qui en fait un métier aussi complet et riche socialement parlant. Et c’est en grande partie ce que j’aime dans ce métier : créer du lien, sur du plus ou moins longs termes, avec mes mariés. En ayant la responsabilité de graver dans le marbre les souvenirs d’une vie, le photographe que vous choisissez doit avoir toute votre confiance. Et si cette confiance est bien respectée, c’est un lien plus solide, à plus long terme, qui se met en place. Quand mes mariés me recontactent quelques temps après leur mariage, que ce soit pour une séance ou juste pour aller boire un verre ensemble, je sais que j’ai tout gagné.

2. Le Jour J de nos mariés, ses joies et ses imprévus

clémence & eric (459)

Pas besoin de long discours pour vous dire à quel point j’aime les mariages. Voici une liste non exhaustive des choses qui font que je kiffe mon boulot :

  • Jusqu’à présent, tous mes mariés (ou presque) m’ont traité comme une invitée (ou presque) sur leur mariage et c’est un véritable bonheur d’être accueillie avec autant de bienveillance et de chaleur humaine ! Vous me faites une petite place, avec le sourire, dans votre intimité le temps de cette journée spéciale, et je sais que ce n’est pas évident de se confier ses souvenirs ou d’intégrer une quasi inconnue à son mariage.
  • Pour les larmes d’émotions qui brouillent ma vision lorsque nous écoutons tous attentivement vos vœux et les discours – drôles ou émouvants – de vos proches (mais promis, même si j’y vois flou, les photos ne le sont pas 😂)
  • Pour les rires aux éclats et les sourires jusqu’aux oreilles – les miens et ceux des autres – alors que chacun s’imprègne de l’ambiance de cette journée.
  • Pour le méga coup de barre qui me tombe dessus au cocktail et qui me force à ralentir, et donc à prendre le temps de discuter avec les invités.
  • Parce qu’on mange vraiment bien sur les mariages et que manger fait partie de mes plus grandes passions dans la vie 😂 (elle est où la team mini burgers ?)
  • Parce que le moment où tout le monde se jette sur le dancefloor pour danser au rythme de “J’irai où tu iras” ou hurler sur “La Tribu de Dana” est pour moi l’un des meilleurs moments du mariage.
  • Pour ce dernier moment de la journée, ce moment où je m’en vais, et où les mariés me remercient chaleureusement, me prennent dans leurs bras, me disent que j’ai été géniale et qu’ils ont carrément hâte de voir le résultat, mais qu’avant ça j’ai bien mérité une grasse mat’ 😴
  • Pour le sentiment de travail accompli, quand je rentre à deux ou trois heures du matin, après une journée éreintante, des milliers de photos prises, et des souvenirs de fête plein la tête ❤️

3. Le retour à pas d’heure et le marathon post-traitement

Être photographe de mariage, c’est souvent rentrer tard – en tout cas quand on fait les soirées – et parfois rempiler le lendemain pour le brunch (un peu plus rare dans mon cas). C’est parfois ne pas rentrer dormir chez soi, parce qu’on est loin (et faire trois heures de route à deux heures du matin, après une journée de quinze heures dans les pattes, ce n’est pas très prudent). C’est aussi ne pas être rassuré tant qu’on n’a pas fait deux sauvegardes des précieuses photos sur notre ordinateur et notre disque dur, peu importe l’heure. Et ensuite, c’est se lancer dans le marathon de la retouche. Trier 4000 photos, n’en garder que 700, douter, retourner dans la corbeille pour voir si finalement on n’a pas mieux, s’inquiéter en se demandant si le résultat sera à la hauteur, cropper, recadrer, composer, modifier la lumière, la colorimétrie, faire des retouches de peau, rendre le tout harmonieux, dans un seul but : recréer l’histoire.

maylis & hugo (41)
romane & bastien (573)

Être photographe, c’est écrire sans les mots. “Ecrire avec la lumière” – raconter par l’image. Raconter une histoire, oui, pas n’importe laquelle : la vôtre. Celle de Maylis et Hugo. Celle de Julie et Sébastien. De Marion et Thomas, Emeline et Rémy, d’Estelle et Ludovic. Tous ces mariés qui m’ont fait confiance ces trois dernières années pour raconter un chapitre de LEUR histoire personnelle : celui de cette fameuse journée où ils auront décidé de se dire OUI.

4. La vie en dehors des mariages : des galères d’entreprise à la solidarité entre collègues

Lorsque nous ne sommes pas sur un mariage, en séance ou ailleurs, vous nous trouverez, nous autres photographes, souvent devant notre ordinateur, avec un plaid, un café, un sweat et des lunettes sur le nez, à se creuser la cervelle sur le pourquoi du comment je peux réussir à vendre mes prestations, améliorer la qualité de mon travail, apprendre à aimer le marketing autant que le détester quand le travail ne paie pas. C’est enfiler sa petite casquette de chef d’entreprise et se plonger dans sa comptabilité, en se disant qu’on ferait mieux d’arrêter de lorgner sur du matos alors qu’on a déjà bien trop dépensé (mais bon, en même temps, un Z8…). On se forme, on se perd dans les méandres de notre créativité, on cherche par tous les moyens à retrouver l’inspiration. On s’inquiète de nos chiffres : sommes-nous condamner à manger des pâtes ce mois-ci ? Est-ce que je dois prendre un taff alimentaire ? Et réaliser que non, on s’en sort, on fait de notre mieux, on se relève.

manon & stéphane (28)
estelle & lilian (16)
julie & sébastien (25)

Être photographe de mariage, c’est appeler ses collègues en cas de galère, quand la motivation est au plus bas, ou quand une jambe dans le plâtre nous empêche de mener à bien nos prestations. C’est boire des verres et aller au restaurant avec eux, parce que franchement on rigole bien, et que la concurrence et la malveillance n’ont pas lieu d’être.

Être photographe de mariage, c’est tout ça.

  • C’est des témoignages incroyables, adorables des mariés et de leurs invités et qui me réchauffent le cœur à chaque fois
  • C’est faire une danse de la joie chaque fois qu’un couple rejoint notre dream team pour la saison suivante
  • C’est terminer sa saison à l’automne en étant rincée, mais heureuse
  • C’est rêver, de mariages grandioses, de mariages funs, de coups de foudre amoureux et amicaux, de mariages à côté de chez soi comme à l’autre bout du monde
  • C’est râler quand des gens nous rétorquent que “nous sommes trop chers”
  • C’est détester son travail à un instant T et se dire qu’on ne réussira jamais à faire “du bon travail” ; y revenir plus tard et se dire qu’en fait c’est pas si mal et qu’on continuera à progresser quoi qu’il en coûte
  • C’est avoir envie de refaire son site Internet/sa page Instagram tous les six mois
  • C’est avoir envie de mettre des balayettes à certains invités qui ne nous respectent pas parfois, en nous poussant, en nous marchant sur les pieds, en ayant des habitudes déplacées

Et tellement d’autres choses…

Photographe, c’est mon métier. Et aujourd’hui je n’en changerai pour rien au monde.

evjf de nora (20)

Pour en découvrir plus sur mon univers dans le monde du mariage, vous pouvez faire un tour sur la page Mariage dédiée.

Pour apprendre à mieux me connaître, vous pouvez au choix faire un tour sur ma page A Propos ou passer directement sur ma page contact pour programmer un premier échange !

A très vite !

Chaleureusement,

Lisa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *